ODC et tendinites de l'épaule

Medical Athletics

Ondes de choc : Tendinites de l'épaule

Dr Hervé AUQUIER - Médecin du sport - 1200 Bruxelles

PATHOLOGIE.

Le tendon sus-épineux est de loin celui qui présente le plus de lésions parmi les tendons de la coiffe des rotateurs. Le sous-épineux, la longue portion du biceps et le sous-scapulaire présentent également, dans une moindre mesure des lésions inflammatoires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.

Il faudra reconnaître les tendinopathies de diverses entités cliniques donnant des douleurs de l'épaule, telles la micro arthropathie acromio-claviculaire, la capsulite rétractile, les lésions du bourrelet glénoïdien, etc...

 

MISE AU POINT : LES CALCIFICATIONS.

Les calcifications tendineuses font souvent parler d'elles en mauvais terme. Une mise au point s'impose d'emblée. Il n'y a pas de relation directe entre l'intensité des douleurs d'une épaule et la présence ou la taille des calcifications vues en radiographie ou à l'échographie (que nous appeleront les macro-calcifications). Par ailleurs il faut savoir que la macro-calcificattion n'est pas solide comme de la pierre mais a plutôt la consistance de pâte dentifrice. Par contre il existe de multiples micro-calcifications dans l'enthèse du tendon sur le périoste qui semblent responsables des phénomènes inflammatoires et douloureux. C'est ces dernières micro calcifications que vont traiter les ondes de choc. Si les ondes de choc guérissent environ 75% des tendinites de l'épaule, elles ne font disparaître qu'à peine plus de 30 % des macro calcifications, sans que la présence de ces macro calcifications n'expose à une récidive de la tendinite.

 

INDICATIONS.

Toutes les tendinites de la coiffe des rotateurs, qu'elles soient calcifiantes ou non sont des indications d'ondes de choc. La seule exception est la tendinite fissiraire. En effet s'il existe une fissure transfixiante ou longitudinale, les ondes de choc n'auront pas de succès. Tout le problème réside dans le dépistage d'une fissure tendineuse. En effet les fissures ne se présentent pas toujours sur un mode aigü avec forte douleur de l'épaule lors d'un mouvement précis. A l'examen clinique elles ne s'accompagnent pas toujours d'un faiblesse lors du testing analytique du tendon. On retrouvera autant de fissures dans des traumatismes aigü de l'épaule (chute en vélo, en ski) que dans des tendinites anciennes où la symptômatologie est apparue progressivement. L'échographie est en principe le moyen le plus simple, le moins coûteux et le plus rapide pour diagnostiquer une fissure. Cependant la technique étant "opérateur-dépendant", elle est grevée de nombreux "faux-négatifs". L'arthroscanner ou l'arthro-IRM restent les examens de choix dans le dépistage d'une fissure intra-tendineuse. Pour des raisons économiques on ne les presrits pas à toute épaule douloureuse.

 

PROTOCOLES.

 

Le patient est assis le bras le long du corps et l'avant bras posé sur la cuisse. La tête de l'appareil doit être posée précisément sur l'enthèse tendineuse à traiter (sous-scapulaire, sus-épineux ou sous-épineux selon le diagnostic précis).

 

6 à 8 séances

1 à 2 séances par semaines

2500 coups par séances

9 à 15 Hz

4 bars

 

ETUDES.

 

Les résultats concernant les ondes de choc et les tendinites de la coiffe des rotateurs sont globalement très bons. Toutes études confondues, le taux de succès tourne autour de 75%. Par contre le taux de disparition des macro calcifications n'est que de l'ordre de 40% ce qui nous conforte dans notre conception des calcifications tendineuse (voir supra).

Nous avons repris tous nos échec du traitements dans les tendinites de la coiffe des rotateurs dans notre centre (Medical33). Sur 200 patients, 25 patients n'ont pas répondu aux ondes de choc. Nous avons réalisé un arthroscanner chez 20 de ces patients et trouvé, dans 19 cas, une fissure transfixiante ou longitudinale de plus d'un centimètre. Ces fissures constituent-elles une non indication aux ondes de choc ? C'est fort probable. Ceci reste à confirmer sur une plus longue série.

 

CAUSES D'ECHECS.

 

Les causes d'échecs de la thérapie par ondes de choc sont nombreuses :

- Mauvais protocole.

- Mauvaise position de la tête de l'appareil.

- Mauvais diagnostic.

- Fissure tendineuse.

 

Une erreur fréquente est de traiter par ondes de choc les douleurs irradiées vers le bras. Le traitement doit concerner l'enthèse tendineuse. Les douleurs irradiées disparaîtront spontanément à la guérison du tendon.

 

Par ailleurs il ne faut jamais perdre de vue que les techniques de renforcement des abaisseurs de l'humérus (Grand pectoral, grand dorsal, grand rond) et le renforcement excentrique des tendons de la coiffe des rotateurs doivent être réalisés en plus du traitement par ondes de choc.

 

 

 

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL