ODC et aponévrosite plantaire

Medical Athletics

Ondes de choc : Aponévrosite plantaire

Dr Hervé AUQUIER - Médecin du sport - 1200 Bruxelles

PATHOLOGIE.

L'aponévrosite se rencontre fréquemment dans la pratique du jogging et de la course. On la rencontre fréquement dans les métiers où l'on "piétine" sur place (enseignants, horeca, coiffeurs).

L'aponévrose plantaire soUffre le plus souvent au niveau de son insertion calcanéenne. Pour plus d'information nous vous invitons à lire l'article "aponévrosite plantaire" dans la rubrique traumatologie du pied.

 

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.

L'aponévrosite est un diagnostic assez simple. Elle devra être reconnue parmi les autres causes de talalgies (Fracture de fatigue du calcanéum, pathologies osseuses infectieuses ou néoplasiques).

 

INDICATIONS.

L'inflammation de l'insertion calcanéenne sera traitée sans probleme. Les ondes de choc sur les inflammations du corps de l'aponévrose sont sujettes à caution. Etant donné la richesse de la plante du pied en nerfs et vaisseaux les ondes de choc à ce niveau ne sont pas indiquées. Les nodules de Ledderhause ne constituent à priori pas une indication des ondes de choc.

 

PROTOCOLES.

Le patient peut être installé indifféremment en décubitus dorsal ou ventral. La tête de l'appareil est posée sur l'insertion calcanéenne de l'aponévrose.

6 à 8 séances.

1 à 2 séances par semaine

3000 coups par séance

4 à 5 bars

9 à 15 Hz

 

CAUSES D'ECHECS

Les erreurs techniques sont les premières causes d'échecs : Mauvais positionnement de la tête, nombre de coups insuffisants, intensité trop faible.

L'absence de prise en charge des facteurs favorisants (rétraction du triceps, laxité du pied, obésité) diminue les chances de réussites.

 

ETUDES.

De nombreuses publications sont parues qui concernent les ondes de choc dans l'aponévrosite plantaire. La technique est reconnue comme efficace dans l'aponévrosite plantaire par la food and drugs administration (FDA) aux Etats-Unis. Böddeker (1), déjà en 2001, avait relevé 21 publications. Ogden (2), en 2001 et 2002 concluait en l'efficacité du traitement dans une méta-analyse. de Labareyre (3) a recensé 29 publications entre 2001 et 2011 dont 19 sont favorables, huit neutres et deux négatives.

 

REFERENCES.

[1] Böddeker I, Schäffer H, Haake M. Extracorporeal shockwave therapy in the treatment of plantar fasciitis - a biometrical review. Clin Rheumatol 2001; 20 : 324-330.

[2] Ogden JA, Alvarez R, Lewitt R, et al. Shockwave therapy for chronic plantaar fasciitis. Clin Orthop Rel Res 2001; 387: 47-59.

[3] De Labareyre H, Que penser des ondes de choc dans le traitement des lésions tendinomusculaires en 2011? J Traum Sport 2011 ; vol 18, n°1 : 16-24.

 

 

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL