Notions générales

Medical Athletics

Depuis une bonne vingtaine d’années, la thérapie par onde de choc fait partie des « outils » de la prise en charge des tendinites chroniques. Si elle est connue depuis longtemps en Allemagne et en Suisse, cette technique a mis du temps à se généraliser chez nous.

 

Ce début de XXI siècle a vu de grand progrès dans la prise en charge des tendinopathies. La tendance est nettement à l'action mécanique sur la structure du tendon et l'approche biomécanique de son bon fonctionnement. La composante inflammatoire étant relativement peu importante dans les tendinites chroniques, les traitements anti-inflammatoires oraux sont souvent très peu efficaces. Les infiltrations de dérivés cortisoniques n'ont absolument aucune action favorable sur la structure tendineuse. Pire, la cortisone est corrosive pour les tendons. Elle est malheureusement encore abondamment utilisée malgré le fait qu'elle est grevée de nombreux effets secondaires (fissures, rupture). On change parfois difficillement de vieilles habitudes!

 

Petite sœur de la lithotripsie, technique utilisée depuis les années 80 pour traiter les calculs rénaux, la thérapie par ondes de choc est basée sur le même principe : amener une forte augmentation de pression au cœur des tissus à traiter. Cette augmentation de pression, nous le verrons plus loin, va enclencher une série de transformations physiques et chimiques au niveau du tendon et de son insertion sur l’os.

 

Il existe deux types d’ondes de choc : La première, appelée ESWT (extracorporeal shock wave therapy), l’onde est sonore et créée par des phénomènes piézo-électriques, électro-magnétiques ou électro-hydrauliques. L’onde créée est très puissante puisqu’elle peut atteindre 1000 bars, elle est très courte dans le temps, de l’ordre de 30 nanosecondes et son épicentre se trouve en profondeur. Cette technique nécessite une anesthésie locale et, étant donné son caractère très focal, un repérage échographique est nécessaire. La deuxième technique, appelée RSWT ( radial shock wave therapy) est différente. L’onde de choc (mécanique) est créée par une masse propulsée par air comprimé. Dans ce cas, l’augmentation de pression est maximale au niveau de la peau (1 à 10 bars) et diffuse de façon conique en profondeur en perdant progressivement de son intensité. Son intensité est plus faible,mais la durée de l’onde est beaucoup plus grande, environ 5 millisecondes. Etant moins douloureuse, elle ne nécessite pas d’anesthésie locale. Par ailleurs son champ d’action étant plus large, une assistance échographique n’est pas nécessaire. Par contre, cette dernière technique nécessitera 6 à 8 séances là où la ESWT n’en nécessite qu’une ou deux.

 

L’action de cette montée de pression est multiple. Premièrement, elle explose littéralement la fibrose et les calcifications tendineuses. Elle détruit également les micro calcifications qui se créent dans la jonction téno-périostée qui sont les responsables de la tendinite. Deuxièmement, l’onde sature les récepteurs à la douleur et entraînerait une sécrétion d’endorphines responsable d’un effet antalgique dans les heures qui suivent. Troisièmement, par la libération dans les tissus de NO (monoxyde d’azote) et d’un facteur de croissance vasculaire (le VEGF pour vascular endothelial growth factor), on assiste à la naissance d’un nouveau réseau de micro vaisseaux autour du tendon et de son insertion. Cette nouvelle vascularisation va permettre une évacuation des déchets et surtout une meilleure nutrition des tissus. Quatrièmement l’onde de pression stimule les ostéoblastes, cellules responsables de la création de nouvel os, ce qui élargi le champ d’action des ondes de choc dans le domaine des pseudarthroses. (fractures osseuse qui ne consolident pas).

 

La première indication de la technique concerne les tendinites chroniques, qu’il s’agisse de tendinites calcifiantes ou non, de tendinites corporéales ou de tendinites d’insertion. Les tendinites de la coiffe des rotateurs, l’épicondylite, l’épitrochléite, la tendinite de la pointe de la rotule, la tendinite d’Achille et l’aponévrosite plantaire sont les indications les plus fréquentes. Les ondes de choc sont également utilisées pour traiter les pseudarthroses. La technique est de plus en plus utilisée en ostéopathie ou elle agit sur les trigger points ainsi qu’en acupuncture.

 

Les contre-indications au traitement sont les troubles de la coagulation, la grossesse. Localement on ne traitera jamais une zone proche d’une infection, d’un cancer ou d’une prothèse. Enfin, le cartilage de croissance chez l’enfant, les troncs vasculaires et nerveux devront absolument être évités.

 

Les effets secondaires sont peu nombreux, il s’agit le plus souvent d’une rougeur locale ou d'une excoriation superficielle de la peau.

 

Les effets bénéfiques de la technique ne sont jamais immédiats, il faudra toujours attendre 4 à 6 semaines après la dernière séance avant de juger de l'effet final du traitement. Les études scientifiques se multiplient ces dernières années. Leur protocole est difficile à mettre au point. Pour qu’elle soit valable, une étude doit se faire en double aveugle et versus placebo, ce qui est extrêmement difficile dans ce cas. Cependant, la plupart des études rapportent un taux de réussite de l’ordre de 75 à 80%.

 

Le nombre de séances nécessaire ne doit jamais dépasser 6 à 8. Comme nous l'avons vu plus haut, bien souvent la guérison totale n'est pas toujours obtenue après les six à huits séances. Il faut toujours un laps de temps d'au moins six semaines après la dernière séance avant de juger de l'efficacité du traitement. Faire plus de 6 à 8 séances est donc totalement inutile et relève plus d'une démarche mercantile que médicale.

 

Les résultats obtenus sont directement proportionnels à l'intensité du traitement. A ce titre, le feed-back du patient concernant la zone exacte à traiter (zone douloureuse pendant le traitement) est essentiel au thérapeute.

 

L'arrêt total de la pratique sportive n'est absolument pas nécessaire pendant le traitement. Au contraire une pratique sportive sous le seuil de la douleur augmentera les chances d'une cicatrisation biomécanique du tendon.

 

La prise d'anti-inflammatoires stéroïdiens ou non-stéroïdiens est contre indiquée pendant le traitement.

 

La thérapie par ondes de choc est donc une technique fiable, grevée de peu d’effets secondaires et bien tolérée. Devant s’inscrire dans une prise en charge thérapeutique globale, elle constitue un réel progrès pour le kinésithérapeute et le médecin du sport.

 

Les rubriques suivantes font suite à 15 années d'expérience dans le traitement des tendinites par ondes de choc radiales.

 

____________________________________________________________________________

 

 

 

 

Références

 

[1] Abt T, Hopfenmuller W, Mellerowicz H. Shock wave therapy for recalcitrant plantar fasciitis with hell spur : a prospective randomized placebo-controlled double-blind study. Z Orthop Ihre Grenzgeb 2002 ; 140 : 548-54.

 

[2] De Labareyre H, Saillant G. Tendinopathies calcanéennes. Formes cliniques et évaluation de l'efficacité par ondes de choc radiales. J Traum Sport 2001 ; 18 : 56-69.

 

[2bis] De Labareyre H, Que penser des ondes de choc dans le traitement des lésions tendinomusculaires en 2011. J Traum Sport 2011 ; vol 18, n°1 : 16-24.

 

[3] Gremion G. Efficacité de la thérapie par ondes de choc extracorporelles dans les tendinopathies rebelles. J Traum Sport 1999 ; 16 : 117-121.

 

[4] Haake M, Boddeker IR, Decker T et al. Side- effects of extracorporeal shock wave theray (ESWT) in the treatment of tennis elbow. Arch Orthop Trauma Surg 2002 ; 122 : 222-8.

 

[5] Helbig K, Herbert C, Schostock T et al. Correlations between the duration of pain and the success of shock wave therapy. Clin Orthop 2001 ; 387 : 68-71.

 

[6] Heller KD, Niethard FU. Using extracorporeal shockwave therapy in orthopedics-a meta-analysis. Z Orthop Ihre Grenzgeb 1998 ; 136 : 390-401.

 

[7] Ko JY, Chen HS, Chen LM. Treatment of lateral epicondylitis of the elbow with shock waves. Clin Orthop 2001 ; 387 : 60-67.

 

[8] Maier M, Saisu T, Beckmann J et al. Impaired tensile strength after shock-wave application in an animal model of tendon calcification. Ultrasound Med Biol 2001 ; 27 : 665-71.

 

[9] Ogden JA, Alvarez R, Levitt R et al. Shock wave therapy (orthoptripsy) in musculoskeletal disorders. Clin Orthop 2001 ; 387 : 22-40.

 

[10] Ogden JA, Alvarez R, Levitt R et al. Shock wave therapy for chronic proximal plantar fasciitis. Clin Orthop 2001 ; 387 : 47-59.

 

[11] Orhan Z, Alper M, Akman Y et al. An experimental study on the application of extracorporeal shock waves in treatment of tendon injuries : preliminary report. J Orthop Sci 2001 ; 6 : 566-70.

 

[12] Perlick L, Korth O, Wallny T et al. The mechanical effects of shock waves in extracorporeal shock wave treatment of calcific tendinitis-an in vitro model. Orthop Ihre Grenzgeb 1999 ; 137 : 10-6.

 

[13] Perlick L, Schiffmann R, Kraft CN et al. Extracorporal shock wave treatment of the achilles tendinitis : experimental and preliminary clinical results. Z Orthop Ihre Grenzgeb 2002 ; 140 : 275-80.

 

[14] Rompe JD, Hopf C, Kullmer K et al. Low-energy extracorporeal shock wave therapy for persistent tennis elbow. Int Orthop 1996 ; 20 : 23-27.

 

[15] Rompe JD, Hopf C, Kullmer K et al. Analgesic effect of extracorporeal shock wave therapy on chronic tennis elbow. J Bone Joint Surg 1996 ; 78B : 233-237.

 

[16] Rompe JD, Kirkpatrick CJ, Kullmer L et al. Dose-related effects of shock waves on rabbit tendo Achillis. A sonographic and histological study. J Bone Joint Surg 1998 ; 80 : 546-52.

 

[17] Schmitt J, Haake M, Tosch A et al. Low-Energy extracorporeal shockwave treatment (ESWT) for tendinitis of supraspinatus. A prospective, randomised study. J Bone Joint Surg 2001 ; 83 : 873-6.

 

[18] Stanish WD, Rubinovich RM, Curwin S. Eccentric exercice in chronic tendinitis. Clin Orthop 1986 ; 208 : 65-68.

 

[19] Thiel M. Application of shock waves in medecine. Clin Orthop 2001 ; 387 : 18-21.

 

[20] Wang CJ, Chen HS. Shock wave therapy for patients with lateral epicondylitis of the elbow. A one-to two year follow-up study. Am J Sports Med 2002 ; 30 : 422-25.

 

[21] Wang CJ, Huang HY, Pai CH. Shock wave-enhanced neovascularization at the tendon-bone junction : an expriment in dogs. J Foot Ankle Surg 2002 ; 41 : 16-22.

 

[22] Wang CJ, Ko JY, Chen HS. Treatment of calcifying tendinitis of the shoulder with shock wave therapy. Clin Orthop 2001 ; 387 : 83-89.

 

 

 

 

LES ONDES DE CHOC RADIALES

EN SIX POINTS...

 

 

O Traitement efficace des tendinites.

 

O Peu de contre indications.

 

O Peu d'effets secondaires.

 

O Début des effets positifs dès la

troisième séance.

 

O En règle générale 6 à 8 séances à

raison d'une à deux fois par semaine.

 

O Evolution encore favorable 2 mois

après la dernière séance.

 

 

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL