Fractures de fatigue des métatarsiens

Medical Athletics

Fractures de fatigue des métatarsiens

Dr Hervé AUQUIER - Médecin du sport - 1200 Bruxelles

Physiopathologie

 

Les fractures de fatigue des métatarsiens ont été les premières décrites dans la littérature scientifique. On les retrouvait alors exclusivement chez les militaires.

Elles font partie des pathologies fréquentes du jogging. On peut estimer qu’elles représentent environ 20 % des fractures de fatigue du coureur.

On retrouvera davantage de fractures de fatigue des métatarsiens 2 et 3. Le premier étant beaucoup plus large et les quatrième et cinquième beaucoup plus mobiles.

Les métatarsiens 2 et 3 ont soumis à beaucoup plus de contraintes dans un pied de type grec, lors d’une pronation excessive ou après chirurgie du premier rayon. La fracture de fatigue siège habituellement au niveau médio-diaphysaire et parfois en position plus proximale.

On retrouvera également beaucoup de fractures de fatigue du col ou de la tête du deuxième métatarsien chez la femme ménopausée, d’autant qu’elle présente un type de pied grec.

On retrouvera davantage de fractures du cinquième métatarsien dans les pieds supinateurs, dans le varus du genou.

 

Clinique

 

Le patient consultera toujours pour une douleur de l’avant ou du médio-pied déclenchée uniquement à l’effort. La douleur est ressentie à la marche chez les femmes portant de chaussures à hauts talons.

Une tuméfaction très localisée au niveau du dos du pied sera en règle générale observée.

La montée en pointe ou demi-pointe éveillera la douleur.

Enfin la palpation minutieuse des métatarsiens localisera avec précision la fracture de fatigue.

L’examen global du pied et de la cheville cherchera les facteurs favorisants.

 

Examens complémentaire

 

La radiographie standard pourra dans certains cas montrer le trait de fracture, mais plus généralement l’apposition périostée en périphérie de l’os qui signe la guérison en cours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci dessus : Radiographie : aposition périostée au niveau du col du 4ème métatarsien

 

La radiograpjie passera souvent à côté du diagnostic tant le trait de fracture est fin.

La scintigraphie osseuse est, comme dans tous les cas de fracture de fatigue l’examen le plus sensible.

La RMN est évidemment très sensible et beaucoup plus spécifique que la scintigraphie mais moins abordable et plus coûteuse.

 

Traitements

 

Les fracture médio-diaphysaires de M2, M3 et M4 ont un excellent pronostic et répondent favorablement à un arrêt sportif de 4 à 6 semaines.

Les fractures proximales de M2 nécessitent un plus long délai. Certains auteurs préconisent l’immobilisation plâtrée en décharge. Dans les rares cas rebelles, une intervention chirurgicale est nécessaire, elle associe une exérèse du fragment osseux à une arthrodèse.

La fracture proximale de M5 peut être beaucoup plus difficile à guérir. Elle bénéficiera plus fréquemment d’une chirurgie par vissage du trait de fracture. Les délais seront raccourcis et le résultat davantage garanti que lors d’une immobilisation plâtrée.

 

 

 

_________________________________________

Anatomie

Imagerie

Ci-dessous : RMN, image frontale. Oedeme intra spongieux dans la portion proximale du 3ème métatarsien

 

 

Ci-dessous : RMN, image axiale. Oedeme intra spongieux du 3ème métatarsien.

 

Ci-dessous : Scintigraphie d'une fracture de fatigue de la base du quatrième métatarsien du pied gauche.

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL