Fracture de fatigue du col fémoral

Medical Athletics

Hanche : Fracture de fatigue du col fémoral

Dr Hervé AUQUIER - Médecin du sport - 1200 Bruxelles

Physiopathologie

 

Les fractures de fatigue du fémur si elles sont rares nécessitent un diagnostic rapide et un repos sportif strict, voire une décharge tant elles ont tendance à se déplacer. Un suivi radiologique de l’évolution s’impose.

Le plus grand nombre de publication concerne le milieu militaire.

Une accentuation exagérée du volume de course est toujours à l’origine de la fracture.

Le surpoids est également un facteur favorisant.

En cas de diagnostic tardif ou une négligence dans la prise en charge, la fracture peut se compliquer d’un déplacement, évoluer vers la pseudarthrose, consolider en position vicieuse. Dans le cas d’une fracture du col fémoral une nécrose avasculaire et destruction de la tête fémorale est possible.

 

 

Clinique

 

La symptomatologie est souvent pauvre, le patient peut ressentir une douleur du 1/ 3 proximal de la cuisse en cas de fracture diaphysaire. Cette douleur n’a rien de spécifique et pourra être confondue avec une douleur quadricipitale, une cruralgie ou une douleur projetée du genou.

 

La fracture du col fémoral donnera une douleur du creux inguinal alors que la fracture de la branche ischio-pubienne donne davantage une douleur inguinale.

 

L’examen clinique sera également très pauvre et totalement aspécifique. Les amplitudes articulaires sont toujours conservées. Le testing analytique de tous les muscles de la hanche peut donner des douleurs et égarer le thérapeute.

La palpation du col fémoral est palpable chez certains patients, notamment sa partie postérieure en arrière et en dedans du grand trochanter.

 

On le voit, le diagnostic est excessivement difficile. C’est donc le contexte clinique qui doit mettre la puce à l’oreille. On se trouve souvent devant un coureur qui a augmenté brutalement son volume d’entraînement en vue de la préparation d’un marathon et qui présente des coxalgies.

 

 

Examen complémentaires

 

La radiographie permettra, dans certains cas, lors d’une analyse minutieuse, de dépister une fracture de fatigue du col (interruption de la corticale, apposition périostée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Radiographie de hanche gauche. Le trait de fracture est bien visible (trait noir) dans un os dot la corticale de la partie inférieure du col est plus dense (plus blanche) étant donné la réaction ostéoblastique (aposition périostée)

 

La scintigraphie reste comme toujours en cas de fracture de fatigue l’examen le plus abordable et le plus rapidement positif. Bien entendu il n’est pas spécifique, et, en cas de doute une RMN ou un scanner seront demandé afin de préciser la nature de la lésion scintigraphique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RMN du col fémoral gauche chez un triathlète de niveau international. Le trait de fracture noir est bien visible dans une zone en hypersignal (oedeme osseux réactionnel).

 

Traitements

 

Le repos strict est le traitement de premier choix. La marche en décharge sera préconisée si l’appui simple est douloureux. La durée varie de 3 à 5 mois selon les auteurs.

 

Les fractures déplacées nécessiteront une ostéosynthèse. L’appui se fera prudemment après 6 semaines.

 

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL