Syndrome rotulien douloureux

Medical Athletics

Genou : Syndrome rotulien douloureux

Dr Hervé AUQUIER - Médecin du sport - 1200 Bruxelles

Définition

 

Le syndrome rotulien douloureux, comme son nom l’indique décrit les douleurs d’origine rotulienne développées lors de la pratique du jogging. Elles sont extrêmement fréquentes, touchent généralement plus souvent les femmes que les hommes et plus fréquemment les débutants.

Il est toujours secondaire à une augmentation des contraintes de l’appareil extenseur du genou lors des entraînements.

Le syndrome douloureux semble secondaire à une surcharge de pression du compartiment fémoro-patellaire.

De nombreuses théories ont tenté d’expliquer le phénomène et sont petit à petit battues en brèche par des études récentes, dynamiques, sur des sujets sportifs. Ainsi, la subluxation externe de la rotule l’angle Q augmenté, la patella alta, la pronation tardive ne semblent pas en mesure d’expliquer la symptomatologie.

Un déficit de force au niveau des fessiers et des quadriceps pourrait être à l’origine des douleurs. Bien que certaines études ont montré une prévalence plus importante du syndrome rotulien chez des athlètes beaucoup plus musclés que la norme. Une hypothèse évoque le fait que la faiblesse musculaire notée chez les patients atteint de syndrome rotulien est due à une inhibition musculaire « protectrice » secondaire à la douleur.

 

Clinique

 

L’unique symptôme du syndrome rotulien est la douleur. Elle est toujours située sur la face antérieure du genou. Elle est ressentie progressivement à l’effort et est dépendante de la durée et de l’intensité de celui-ci. Une douleur à la descente des escaliers ou en position accroupie. Elle peut également être ressentie après une position assise prolongée (signe du cinéma).

L’examen clinique déclenchera la douleur par le signe de l’engagement. Le patient allongé en décubitus dorsal jambe tendue essaye de fléchir le genou. L’opérateur, par une pression au pôle inférieur de la rotule, empêche sa descente. La douleur est généralement fulgurante. Le signe de Zohlen n’est plus utilisé, il fait mal chez tout le monde. Il consiste à demander au patient une contraction isométrique du quadriceps, jambe tendue, en s’opposant à la montée de la rotule.

 

Examens complémentaires

 

Ils ne sont en pratique jamais demandés en pathologie sportive. La position de la rotule, son éventuelle subluxation n’ont pas d’influence sur le traitement.

Un arthroscanner est envisagé si l’on suspecte des lésions cartilagineuses importantes.

 

Traitements

 

Les dernières études montrent que le traitement doit être basé sur une adaptation progressive des sollicitations et sur un traitement kinésithérapique.

L’adaptation de l’effort se fait avec le kiné et/ou le coach. La douleur rotulienne ne doit pas dépasser 2/10 sur une échelle d’auto-évaluation de la douleur. Cette douleur ne doit pas durer plus d’une à deux heure après la séance d’entraînement. La séance suivante ne doit pas être entreprise si les douleurs de la précédente sont toujours présentes.

 

Avant toute chose un travail de tonification des fessiers et des quadriceps semble le plus intéressant. Le renforcement des quadriceps doit se faire dans le même secteur d’amplitude musculaire que la course à pied elle-même, c’est-à-dire un travail isométrique en légère flexion de hanche et de genou. Il est inutile de faire faire des squats ou un travail sur banc de musculation du quadriceps.

 

Le travail local sur la rotule n’est pas utile, qu’il s’agisse de physiothérapie, de relâchement du vaste externe ou de l’aileron externe.

 

Le travail de renforcement du vaste interne est également inutile. C’est déjà la portion la plus forte du quadriceps. A ce propos, seule l’électrostimulation peut travailler uniquement le vaste interne. Toutes les autres techniques en musculations sollicitent autant le vaste interne que le vaste medius ou le vaste externe quelle que soit la position de la jambe.

 

Le strapping de rotule semble avoir un effet, mais plutôt neuroprioprioceptif que réellement anatomique.

 

Les semelles fonctionnelles jouant sur la pronation tardive ont un effet bénéfique sur la douleur, mais, limité dans le temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL