Jogging et lésions chondrales du genou

Medical Athletics

Genou : Jogging et lésions chondrales du genou

Dr Hervé AUQUIER - Médecin du sport - 1200 Bruxelles

Les lésions des cartilages tibiaux et fémoraux présentant des stades différents d’arthroses sont légion dans la population générale. A propos du jogging, deux questions se posent :

-Le jogging provoque-t-il de l’arthrose du genou ?

-La pratique du jogging est-elle saine sur une gonarthrose ?

On est pris ici dans le grand dilemme qui veux d’une part qu’une activité physique régulière améliore le fonctionnement articulaire par augmentation du tonus musculaire, augmentation de la lubrification articulaire et renforcement de la structure osseuse et d’autre part que des chocs répétés sur l’articulation peuvent provoquer des dommages cartilagineux.

 

Il faut savoir d’abord préciser que le jogging ne provoque jamais d’entorse de genou et est, à ce titre, moins grande pourvoyeuse d’arthrose que les ports de pivots et contact tels le football, le rugby et le basketball.

Ensuite le morphotype du coureur est un facteur essentiel dans la gestion des risques d’aggravation d’une arthrose par la pratique du jogging. Une inégalité de longueur des membres, un genu varum, un genu valgum, un surpoids, des antécédents familiaux d’arthrose sont autant de facteurs favorisants la dégradation cartilagineuse.

 

Le volume d’entraînement ainsi que le type de terrain sont des éléments à prendre en compte.

 

Le type de foulée a également son importance. Une foulée antérieure générera moins d’ondes de choc dans le membre inférieur et sera donc favorable en cas de gonarthrose.

 

Enfin l’importance de l’arthrose est un élément capital dans le choix de la poursuite ou non du jogging. Il est clair qu’une arthrose de grade IV d’autant plus si elle est étendue ne supportera pas le jogging alors qu’une arthrose de grade II à III sur des zones plus circonscrites permettront la pratique du jogging.

 

Les traitements chondro-protecteur récents ainsi que la visco-supplémentation permettent une meilleure gestion de l’arthrose débutante. Ils seront systématiquement proposés dans les cas de lésions chondrales de grade II à III. Ils ont l’avantage de ne pas masquer les douleurs éventuelles.

 

Plus récemment l’injection de cellules souches semble donner des résultats prometteurs dans les stades II et II d’autant plus que la lésion cartilagineuse est circonscrite.

 

De manière générale on n’interdira pas la pratique du jogging chez un patient arthrosique à condition qu’il respecte strictement le seuil de la douleur et que le jogging se fasse sur terrain souple avec chaussage amortissant adapté.

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL