Hanche & bassin

Medical Athletics

Hanche : Examen de la coxo-fémorale

Flexion

 

La flexion de la hanche est assurée par le droit antérieur, le psoas et le couturier. Une étude

de la mobilisation passive se fait patient en décubitus dorsal, on ramène sa cuisse le plus près

possible de sa poitrine. L'amplitude normale est de 165°. Une limitation de flexion peut se

rencontrer en cas de raideur des extenseurs. Attention cependant, pendant la manoeuvre, le

patient peut compenser la limitation de flexion par une lordose lombaire. On veillera donc à ce que

le rachis lombaire reste au contact de la table d'examen.

Une rotation externe automatique de hanche en fin de flexion peut être un des premiers signes

de lésion coxo-fémorale (arthrose notamment).

Extension

L'extension de hanche est assurée par les ischio-jambiers et le grand fessier.

L'extension est étudiée patient en décubitus ventral, l'examinateur saisissant d'une main la face

antérieure de la cuisse, la soulève vers le haut. L'amplitude passive normale est de l'ordre de 30°.

Une limitation de l'extension se rencontre en cas de contracture des fléchisseurs (psoas).

Rotation interne

 

La rotation interne de hanche est assurée par le petit fessier et le tenseur du fascia-lata. Sa

valeur est de l'ordre de 35°.

Elle doit être étudiée de deux façons: D'une part le membre inférieur en extension et d'autre

part, le genou fléchi.

En extension, la patient est en décubitus dorsal. L'examinateur imprime un mouvement

de rotation interne des pieds. La rotation de hanche est de 35°, elle peut-être plus élevée

lors d'une plus grande antéversion du col fémoral (>15°).

Lorsque le genou est fléchi, la rotation interne peut être étudiée de deux façons: soit le

patient est plaçé en décubitus ventral, le genou fléchi à 90°, le segment jambier est

progressivement porté en dehors, soit le patient est assis au bord de la table d'examen, sa

jambe est portée vers l'extérieur.

La rotation interne est limitée lors d'une lésion coxo-fémorale ou d'une raideur des rotateurs externes.

 

Rotation externe

 

La rotation externe est assurée par les obturateurs interne et externe et le carré crural.

Tout comme la rotation interne, elle doit être étudiée membre inférieur en extension, puis

lorsque le genou est fléchi. Le mouvement à imprimer au segment jambier est à chaque fois

l'inverse de ce qui est décrit pour la rotation interne.

Sa valeur normale est de l'ordre de 45°.

Abduction

 

L'abduction de hanche est assurée par le tenseur du fascia-lat, les petit et moyen fessiers.

Elle est étudiée patient en décubitus dorsal. Le membre inférieur tendu est porté en dehors.

Sa valeur normale est de 45 à 50 degrés.

Adduction

 

L'adduction de hanche est assurée par le pectiné, le droit interne et les petit, moyen et grand

adducteurs.

Elle est étudiée patient en décubitus dorsal. Le membre inférieur tendu est porté en dedans, au

dessus de l'autre jambe. Sa valeur normale est de 20 à 30 degrés.

 

 

 

Examen des sacro-iliaques

 

Mobilisation

 

Le patient est en décubitus ventral. L'examinateur appuie une main sur le sacrum dans le but de le

"fixer", l'autre main empaume la crête iliaque dans sa portion antérieure en la mobilisant. Le but de

la manoeuvre est double: d'une part évaluer le degré de liberté de l'articulation, d'autre part de

créer une douleur en cas d'inflammation ou infection sacro-iliaque.

 

Manoeuvre d'Eriksen

 

Le patient est en décubitus dorsal. L'examinateur applique une main sur chaque aile iliaque en

exerçant une pression. Une sacro-iliaque inflammatoire ou infectieuse se signalera par une

douleur localisé dans la fesse.

 

Test du trepied d'Ilouz et Costes

 

Le patient est en décubitus ventral. L'examinateur exerce une pression sur le sacrum avec le

talon de la main. Le but est d'éveiller une douleur sur une sacro-iliaque en souffrance

 

Palpation

Le patient est en décubitus ventral. L'examinateur exerce une pression sur une sacro-iliaque

avec le bout des doigts. Un douleur signe une affection de l'articulation.

 

 

 

Testing musculaire.

 

Quadriceps

 

Le patient est en décubitus dorsal, jambes tendues. L'examinateur s'oppose à une élévation de

la jambe tendue.

Le test montre une impossibilité d'élévation lors d'atteintes de L5 ou lors d'une rupture du tendon

quadricipital inférieur ou du tendon rotulien. Dans ces deux derniers cas l'élévation active du

membre inférieure est impossible, même sans résistance.

Psoas

 

Le patient est assis au bord de la table d'examen, genoux fléchis à 90°, les jambes pendantes.

On demande au patient de lever la cuisse du plan de la table en opposant une résistance sur la

face antérieure de la cuisse.

Un déficit peut se rencontrer lors d'une atteinte des racines motrices du psoas (L1 à L3).

Une douleur sera mise en évidence lors d'une pathologie musculaire de type abcès ou hématome.

Un hématome du psoas est une complication possible du traitement thrombolytique d'infarctus.

Adducteurs

 

Le patient est en décubitus dorsal, les genoux "collés" fléchis à 90°. L'examinateur tent d'écarter

les genoux, le patient s'y oppose. Une douleur ressentie dans le pli inguinal signe une entésite des

adducteurs.

Droit interne

 

Le patient est en décubitus dorsal, jambes tendues. L'examinateur s'oppose au mouvement

combiné de flexion du genou et de rotation interne du segment jambier. Une douleur ressentie

dans le pli de l'aine signe une entésite proximale du tendon. Une douleur située face interne du

plateau tibial interne signe une tendinite de la patte d'oie.

Ischio-jambiers

 

Le patient est en décubitus ventral, les genoux fléchis à 90°. Le patient tente de ramener le talon

vers la fesse, l'examinateur s'y oppose. Si le pied et positionné en rotation interne, on teste le

semi-membraneux et le semi-tendineux; s'il est positionné en rotation externe, on teste le biceps

crural.algus forcé.

 

 

Fessiers

 

Le grand fessier s'étudie patient en décubitus ventral, genou fléchi à 90°. On demande au patient

de lever la cuisse du plan de la table. Un déficit musculaire se rencontre lors d'une atteinte de la

racine de S1.

 

Le moyen fessier se teste patient en décubitus latéral. L'examinateur demande une élévation de cuisse en y opposant une pression. Un atteint de la racine L5 rendra le test difficile. Une douleur

lors du testing s'observera lors d'une tendinite du moyen fessier.

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL