Genou

Medical Athletics

Genou : Ménisques

Test de Mc Murray.

 

Le patient en décubitus dorsal, l'examinateur positionne le genou

en flexion totale et place le pouce sur l'interligne suspecté.

Il étend progressivement le genou tout en imprimant des petits

mouvements de rotations internes (étude du compartiment externe)

et externes ( étude du compartiment interne) afin de

la lésion. Un ressaut ressenti par l'examinatuer ou une douleur aiguë

ressentie par le patient indique une lésion méniscale.

 

 

 

 

Manoeuvre de Cabot.

 

Ce test examine le ménisque externe. Le patient est en décubitus dorsal le genou fléchi et le pied posé sur la face antérieure de la jambe opposée. L'examinateur a un doigt sur l'interligne externe. De l'autre main il empaume le pied du patient, le maintenant en rotation interne et imprimant une flexion du genou. Une douleur ressentie au niveau de l'interligne externe signe une lésion méniscale.

Signe de Appley ou grinding test.

 

Le patient est en décubitus ventral, genou fléchi à 90°, l'examinateur exerce une compression dans l'axe du segment jambier tout en effectuant des rotations. Une douleur localisée à l'un ou l'autre interligne féméro-tibial signe une lésion méniscale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cri méniscal de Oudart.

 

Le patient est en décubitus dorsal, le genou fléchi à 90°. L'examinatuer dispose son index sur l'interligne fémoro-tibial et demande au patient une extension progressive. Le test est positif lorsque le ménisque lésé touche l'index et provoque une douleur.

Signe de Judet-Généty.

 

Le patient est en décubitus ventral, ses rotules reposant au bord de la table, ses jambes dans le vide. Si une douleur de l'interligne est ressentie avec sensation de résistance élastique lorsque l'examinateur imprime une poussée sur le talon, le ménisque est déchiré.

Genou : Ligament croisé antérieur

Test de Lachman-Trillat.

 

Le patient est en décubitus dorsal, le genou en légère flexion.

L'examinateur empaume d'une main l'extrémité distale de la

cuisse, de l'autre l'extrémité proximale de la jambe. Il exerce

une traction antérieure du segment jambier. Une translation

antérieure exagérée (par rapport au genou sain) du tibia sous

le fémur avec arrêt mou indique une rupture totale du LCA.

 

 

 

Tiroirs antérieurs

 

Le patient est en décubitus dorsal, le genou fléchi entre 60° et 80°. L'examinateur empaume des deux mains le segment jambier au niveau de sa partie proximale et exerce une traction antérieure. Le pied est bloqué par l'examinateur assis dessus. le pied est plaçé en position neutre (tiroir direct) ou en rotation interne (tiroir rotatoire interne) ou en rotation externe (tiroir rotatoire externe).

Le tiroir est positif lorsqu'il existe une avançée anormale du tibia sous le fémur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiroir direct Tiroir rotatoire interne Tiroir rotatoire externe

 

Un tiroir direct positif et des tiroirs rotatoires négatifs signe une rupture isolée du LCA.

Un tiroir direct positif et un tiroir rotatoire externe positif signe une rupture du LCA et des formations internes.

Un tiroir direct positif accompagné d'un tiroir rotatoire interne signe une rupture du LCA et des formations externes.

 

Attention, le tiroir direct peut être faussement négatif si la rupture du LCA est accompagnée d'une lésion méniscale en anse de saut, celle-ci empêchant la translation antérieure du tibia.

Le tiroir peut également être un faux positif. En cas de rupture du LCP, le tibia prend spontanément une position de translation postérieure sous le fémur. La traction exercée pendant la manoeuvre ne fait que réduire le tiroir postérieur.

Lateral pivot shift de Mc Intosh.

 

Le patient est en décubitus dorsal, la jambe tendu. L'examinateur empaume d'une main le pied qu'il plaçe en rotation interne. De l'autre il exerce une force valgisante sur le face externe du genou qu'il mène progressivement un flexion. Lorsqu'un ressaut est ressenti lors de la flexion, il signe une rupture du LCA.

 

Explication du ressaut. Si le LCA est rompu, la rotation interne du pied (genou tendu) luxe le plateau tibial externe (convexe) en avant du condyle externe. La flexion tend progressivement le tenseur du fascia lata qui ramène le plateau tibial en arrière. Son passage sous le condyle externe provoque le ressaut.

Si le LCA n'est pas rompu, la rotation interne du début de manoeuvre ne luxe pas le PTE en avant. Il n'y aura pas de ressaut lors de la flexion.

 

Deux situations peuvent donner un faux négatif (test négatif malgré la rupture du LCA): premièrement une rupture du tenseur du fascia lata accompagnant la ruptue du LCA. Deuxièmement un genou fort arthrosique où le PTE (plateau tibial externe) a perdu son caractère convexe.

 

Genou : Ligament croisé postérieur

Test de Müller.

Ce test étudie le ligament croisé postérieur (LCP). Le sujet est plaçé en décubitus dorsal, les genoux fléchis à 90° et les pieds reposant sur la table d'examen. Un effacement postérieur de la tubérosité tibiale antérieure par rapport au côté sain est un signe de rupture du LCP. Lorsque l'on demande au patient de lever les pieds du plan de la table, le contraction des quadriceps engendrée réduit le tiroir postérieur et la TTA "réapparaît".

Tiroirs postérieurs.

 

Le patient est en décubitus dorsal, les genoux fléchis à 90°. L'examinateur empaume la jambe des deux mains et exerce une pression antéro-postérieur. Comme pour les tiroirs antérieurs, le pied est successivement plaçe en position neutre (tiroir postérieur direct), rotation interne (tiroir postérieur rotatoire interne) puis rotation externe (tiroir postérieur rotatoire externe).

 

Un tiroir postérieur direct positif isolément signe une rupture isolée du LCP. Un tiroir direct positif accompagné d'un TPRE signe une rupture du LCP et des structures internes. Un tiroir postérieur direct positid et un TPRI positif signe une rupture du LCP et des structures externes.

Test de rotation externe recurvatum de Hughston.

 

Le patient est plaçé en décubitus dorsal, les genoux en extension. L'examinateur saisi les deux gros orteils du patient et soulève les jambes. Si un récurvatum et un varus apparaissent d'un côté, c'est qu'il y a une rupture du LCP et des structures du point d'angle postéro-externe.

 

Genou : Ligaments latéraux (LLI et LLE).

Valgus forcé.

 

Un valgus forcé du genou peut entrainer une douleur au niveau du LLI.

Cette douleur signe une rupture plus ou moins importante du LLI. Si une

laxité nette est ressentie, une rupture du LCA accompagne la rupture du LLI.

 

 

 

 

 

 

 

Palpation du LLI.

 

Le LLI est palpé genou légèrement fléchi. Une douleur élective de son insertion condylienne signe une entorse du LLI. Sa portion centrale et son insertion tibiale sont exceptionnellement abimées lors d'une entorse.

 

 

Varus forcé.

 

Le varus forcé du genou pied en rotation externe tests le LLE et le point

d'angle postéro-externe (P.A.P.E.). Le varus forcé, pied en rotation interne

teste le LLE et les formations antéro-externes (F.A.E.).

 

 

 

 

 

 

 

 

Palpation du LLE.

 

Le LLE est palpé genou fléchi et hanche en rotation externe. Son aspect normal est celui d'un petit tendon rond et rigide tendu entra la tête du péroné et le condyle externe. Lors de la palpation on peut le comparer à un petit crayon qui roule sous le doigt de l'examinateur.En cas de rupture cette sensation a disparu.

 

Genou : Rotule

Test de Smilie

 

Il test l'instabilité externe de la rotule. Le patient est en décubitus dorsal, genoux tendus. L'examinateur saisi le genou, une main au dessus et une en dessous du genou. Tout en réalisant une flexion du genou, l'examinateur exerce une pression de la rotule vers l'extérieur avec les deux pouces. Une appréhension lors des 30 premiers degrés de flexion signe une instabilité rotulienne.

 

Signe de l'engagement

 

Le patient est en décubitus dorsal, genoux tendus. L'examinateur réalise une légère flexion du genou en s'opposant à la descente de la rotule à l'aide de ses deux pouces. Un accrochage douloureux signe une lésion de la portion inférieure du cartilage rotulien.

 

 

Signe de Zohlen

 

Le patient est en décubitus dorsal, genoux tendus. L'examinateur demande au patient une contraction du quadriceps isométrique tout en s'opposant à l'ascencion de la rotule. Ce signe n'est plus guère utilisé; il éveille une douleur chez beaucoup de patient même en l'absence de lésion cartilagineuse.

 

 

Palpation des facettes rotuliennes

 

La palpation de la facette cartilagineuse interne se fait sur le genou tendu, l'examinateur subluxe la rotule en dedans avec le pouce d'une main et palpe la facette rotulienne avec l'index de l'autre main. Le test inverse est réalisé pour la facette externe. La palpation de la facette externe est peu sensible et peut être douloureuse chez des patient ne présentant pas de lésion cartilagineuse.

Copyright © All Rights Reserved Medical Athletics SPRL